Sécher ses plantes aromatiques

.

Une année, j’ai cru que j’allais être plus maligne que Mère Nature : j’ai rentré mon plant de basilic bien au chaud en espérant le voir durer longtemps. Comme tu as pu ou vas le remarquer, le basilic en vieillissant produit du bois mort qui le conduit à son décès inéluctable.

Mère Nature VS moi : 1 – 0

 .

En regardant sur le net, il y a de multiples solutions, qui à défaut de reproduire les conditions idéales pour la pousse des herbes aromatiques (été, beau temps, eau et tout ça), permettent de consommer nos plantes sur le reste de l’année même si elles ne sont pas fraiches.

Conservation dans l’huile, dans de l’eau, dans du vinaigre, en réfrigération, en congélation,  par séchage : il y en a pour tous les goûts. Chaque type propose lui-même plusieurs  variantes. On pourrait presque s’y perdre.

 .

 .

En prenant en compte mes critères : minimum de place + facilité ; je me suis tournée immédiatement vers le séchage. Un brin étonnant à mon goût, ceux qui s’y connaissent le mieux ne sont pas les cuisiniers, mais bien les jardiniers. Après surfé des heures sur le net pour récolter un maximum d’informations, je me suis donc lancée.

 .

Sur une récolte de feuilles saines et fortes :

Premier essai : Séchage naturel ; Je les nettoie sous l’eau, je les mets à sécher sur un plateau entre deux linges, le tout « oublié » 3 semaines dans un endroit sec et ventilé. Puis j’ai placé le tout dans des sacs en kraft (la meilleure matière qui soit). J’ai même testé le papier kraft 3 semaines, une fois les feuilles séchées grâce au linge. Résultat des courses ? Les feuilles ont moisi malgré tout le soin apporté. Là c’est simple, tu ne peux pas trier, il faut balancer toute ta récolte.

Deuxième essai… avorté immédiatement : les assécher au four. On les nettoie préalablement, on attend qu’elles se déshumidifient une heure. Puis on les place sur les plaques dans le four, une heure environ en les retournant régulièrement. Comme il faut éviter de les faire sécher à plus de 40°C (et non 75°C comme préconisé partout sur le net sinon elles crament), c’en est fini pour moi : la température la plus basse du four est de 75°C et je ne compte pas laisser ma porte entrouverte (puis compter jusqu’à 66 en sautant à cloche pied et réciter ensuite mon alphabet en anglais et à l’envers)

Deuxième essai (le vrai) : on les nettoie sous l’eau froide. On les place en sandwich entre deux feuilles d’essuie-tout, on balance l’assiette au micro-ondes quelques minutes et c’est par-fait ! Je te voie, l’œil torve en me disant que là, ça va pas du tout, que je réchauffe la planète, que je ne prends pas soin d’elle, que ce n’est pas une bonne énergie. Oui, tu as raison. Mais moi, j’ai des herbes aromatiques au top.
.

Tu vas vite comprendre pourquoi je n’ai pas hésité :
. à gauche, séchage naturel,
. à droite, séchage au micro-ondes.
(Même temps de conservation dans du papier kraft)

 .

 .
.

Maintenant que tu as accepté l’idée d’utiliser ton micro-ondes, voilà comment procéder :
feuilles = brins, pousses, feuilles et touffes.
1°) tu choisis des feuilles saines et fortes, le mieux étant en pleine période de pousse (bon, là c’est un peu raté mais c’est encore valable), le matin, juste après que les feuilles se soient débarrassées de la rosée, mais avant que le soleil ne les aient trop chauffées,

2°) tu ne fais pas de sentimentalisme, tu prends des feuilles qui te donnent envie de les manger, pas les rabougries, pas les abîmées, pas les déjà mortes toutes jaunes, pas les toutes petites (oh les pauuuuvres),

3°) tu les nettoies sous l’eau claire (si tu en ressens le besoin) puis tu les sèches avec un linge propre,

4°) tu prends une assiette, tu y poses une première feuille de papier absorbant,

5°) tu disposes les feuilles en évitant qu’elles se chevauchent puis tu recouvres d’une feuille d’essuie-tout,

6°) tu mets ton assiette aux micro-ondes, puissance maximale 45 secondes, puissance un-cran-en-dessous, 60 secondes.

7°) tu retournes ton sandwich de papier, puis tu remets entre 45 et 60 secondes, elles sont prêtes quand elles « croustillent » sous tes doigts,

8°) tu récupères tes feuilles dans un contenant le temps qu’elles refroidissent,

9°) tu répètes les opérations 1°) à 8°) autant de fois que nécessaire,

10°) tu peux émietter avec la pulpe de tes doigts les herbes aromatiques si tu préfères,

11°) tu conserves dans un bocal en verre hermétique et à défaut dans du papier kraft.

.
.

Conseils :

¤ Fais un premier essai et… goûtes ! C’est bête hein, mais cela te dira si tu as réussi ou s’il faut recommencer. Mes premières ciboulettes étaient infâmes.

¤ Vas-y mollo, si la première fournée te paraitra marrante, les autres beaucoup moins. Je te conseille de t’occuper de la récolte d’un plant par jour ; avant de t’en dégoûter. Tu peux aussi mettre à contribution tes enfants, ils vont adorer. Sinon, cela devrait bien les fatiguer.

¤ Utilises deux jeux d’assiette-papier absorbant, histoire que la première refroidisse un peu quand tu utiliseras la seconde (et que le papier sèche). Attention aux brûlures plausibles aux doigts.

¤ Concernant la puissance et la température de ton micro-ondes : préfères un cran en dessous de la puissance maximale et commence avec 30 secondes, tu verras alors si tu dois augmenter le temps ou non. Au pire du pire, tes feuilles peuvent commencer à brûler, un liseré brun apparait sur le bord des feuilles. Mais ton micro-ondes ne peut pas exploser, c’est une légende urbaine. (bon peut-être que c’est possible, mais si effectivement tu comptes faire sécher tes feuilles 35 minutes durant)

¤ Pour écraser tes herbes, fais-le une fois qu’elles sont sèches, c’est plus rapide. Personnellement, je laisse les feuilles de basilic telles quelles mais je découpe les tiges de ciboulette.

Mère Nature VS moi : 0 – 0,5

.

 

.

20 réflexions sur “Sécher ses plantes aromatiques

  1. Quelle patience ! Moi je fous tout au congélo dans des mini-rikiki-tupper-ware, hop ni vu ni connu et ça perd pas le goût, il n’y a que le laurier du jardin de ma mômon que je conserve séché (par elle, mais je crois qu’elle a pas de technique particulière). ME ait penser que je doit renouveler mon stock de ciboulette et faire une récolte de basilic, té ! :D

    • Oui, j’ai vu la solution aussi de faire des glaçons comme ça :) (enfin des cubes d’herbes mis dans un bac à glaçons, hein) Malheureusement, je n’ai pas la place…

    • Ah c’est sûr, c’est pour cela que j’ai séché les feuilles des miens. Sinon tu peux faire de la soupe, j’avais mis une recette ici/ (à servir chaude au vu de la saison)

  2. Ho ben bravo, je suis bluffée, je n’aurais pas du tout pensé au micro-ondes !!
    Sinon, pour le basilic, l’autre méthode, c’est le pesto (mais j’avoues, ça prends de la place au frigo) ^^

    • N’oublies pas de goûter tes plantes pour voir si cela te convient. Chez moi le basilic est une grande réussite, par contre je dois réajuster pour la ciboulette.

    • Alors le côté tout marron, c’est normal, le basilic produit du bois mort… mais après je ne peux rien faire pour tes feuilles si elles sont cuites aussi :)

  3. Ping : La cuisine de la semaine #08 « La carotte est cuite

  4. Merci pour tous ces conseils :D

    L’année prochaine, je le ferai plus tôt, comme ça j’aurai de plus grosses feuilles que celles que j’ai utilisé pour tester !

  5. Ping : Congeler ses plantes aromatiques « La carotte est cuite

  6. Ping : La cuisine de la semaine #09 « La carotte est cuite

  7. Ping : La cuisine de la semaine #16 « La carotte est cuite

Donner un coup de fourchette

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s